La Vie en SOI

L’avènement de l’Ère du Verseau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’avènement de l’Ère du Verseau

Message par Hamsa le Dim 5 Mai - 10:46

L’avènement de l’Ère du Verseau
(Enseignement
et prophéties de Jésus en Inde)


Levi H. Dowling avait la faculté de lire dans les Archives Akashiques (Akasha Chronica). En 1908 il publia en anglais sous le titre original The Aquarian Age Gospel of Jesus ce qui devint quelque temps plus tard L’Évangile du Verseau.

Écrit à la manière des Évangiles "officiels" de Jean, Marc, Luc et Matthieu, cet Évangile se compose de 22 livres et de 182 chapitres d’une teneur inspirée et prophétique ; il y est principalement question des voyages, des expériences et des enseignements de Jésus, notamment aux Indes, au Tibet, en Grèce et en Égypte durant les 30 années passées sous silence dans la Bible. Il ne s’agit cependant pas d’un Évangile apocryphe comme ceux qui furent découverts beaucoup plus tard près de la Mer Morte, mais d’une œuvre reçue intérieurement et retransmise en écriture automatique.

Constatant le faible niveau de conscience spirituelle de l’humanité et l’étroitesse de la pensée juive, Jésus y déclare notamment être le bâtisseur d’un nouveau modèle d’Église qui ne pourra être mis en place que des siècles plus tard, après la venue de l’Ère du Verseau qui coïncidera avec l’avènement d’un nouvel Âge d’Or de l’humanité.

L’heure de ce changement d’Ère astrologique marquée par la fin des Poissons et l’avènement du Verseau est MAINTENANT venue. C’est pourquoi il faut se préparer aux changements très importants annoncés dans cet Évangile du Verseau.

Voici quelques extraits de cette œuvre mystique et puissante.



Jésus et son ami Lamaas parcoururent toutes les régions d'Orissa et la vallée du Gange, à la recherche de la sagesse des sudras, des visyas, et des Maîtres. Les deux rabbonis séjournèrent de longs jours à Bénarès.

Jésus voulut apprendre l'art hindou de guérir et devint l'élève d'Oudraka, le plus grand guérisseur de l’Inde. Oudraka lui enseigna l'utilisation des eaux, des plantes et des terres, de la chaleur et du froid, du soleil et de l'ombre, de la lumière et de l'obscurité.

Jésus lui expliqua que les lois de la santé sont les lois de la nature, et que celui qui vit conformément à ces lois n'est jamais malade. La transgression de ces lois constitue le péché, et les pécheurs tombent malades. L'obéissance aux lois maintient l'équilibre de toutes les parties de l'homme et assure ainsi la véritable harmonie.

L'harmonie est la santé tandis que la discordance est la maladie. Un facteur qui produit de l'harmonie dans toutes les parties de l'homme est une médecine qui assure la santé. Le corps est une harpe. Si ses cordes sont trop lâches ou trop tendues, l'instrument est désaccordé et l'homme est malade.


Or, la nature entière a été créée pour répondre aux besoins de l'homme. Tout peut donc faire partie des arcanes de la médecine. Quand la harpe humaine est désaccordée, on peut fouiller la vaste étendue de la nature et y trouver un remède. Il y a une cure pour toute souffrance de la chair.

Bien entendu, la volonté de l'homme est le remède suprême. Par un vigoureux effort de sa volonté, l'homme peut tendre une corde qui est relâchée ou en relâcher une qui est trop tendue. Il peut de la sorte se guérir lui-même.



Bénarès est la ville sacrée des brahmanes. Jésus enseigna à Bénarès et habita chez Oudraka. Oudraka donna en l'honneur de son hôte un festin auquel assistèrent de nombreux scribes et prêtres hindous de haute naissance.

Jésus leur dit : C'est avec joie que je vous parle de la vie, de la fraternité de la vie. Le Dieu universel est un, et cependant il est plus qu'un. Toutes choses sont Dieu, toutes choses sont une. Par la douceur des souffles de Dieu, toutes les vies sont réunies en une seule. Si donc vous touchez à une fibre d'un être vivant, vous émettez une secousse qui part du centre vers les frontières extérieures de la vie. Si vous écrasez sous votre pied le plus chétif vermisseau, vous ébranlez le trône de Dieu et faites frémir dans son fourreau l'épée de la justice.

L'oiseau chante sa chanson pour les hommes, et les hommes vibrent à l'unisson pour l'aider à chanter. La fourmi bâtit sa demeure, l'abeille construit son rayon protecteur, l'araignée tisse sa toile. Le doux parfum qui émane des fleurs leur apporte à tous un esprit qui leur donne la force de travailler.

Les hommes, les oiseaux, les bêtes et les êtres rampants sont des divinités incarnées. Comment l'homme ose-t-il tuer ? C'est la cruauté qui précipite le monde vers les abîmes. Quand les hommes auront appris qu'en nuisant à un être vivant ils se nuisent à eux-mêmes, sûrement ils ne tueront plus et ne feront plus souffrir aucun être créé par Dieu.



Parmi les prêtres bouddhistes, il y en eut un qui perçut l'étendue de la sagesse des paroles que prononçait Jésus. C'était Barata Arabo. Jésus et Barata lurent ensemble les Psaumes et les Prophètes juifs. Ils lurent les Védas, l'Avesta, et méditèrent sur la sagesse de Gautama.

Puis Jésus dit : Les animaux se nourrissent de plantes, les plantes croissent sur la terre, et la terre absorbe le protoplasme. Actuellement, dans son effronterie extrême, l’homme tue et mange les animaux.

Dans le royaume de l’âme qui est au-delà, cette évolution est inconnue. Le grand travail de l’intelligence des Maîtres consiste à rétablir l’héritage de l’homme et à le ramener au bien qu’il a perdu, afin qu’il revive sur les éthers de son plan natal. Les manifestations de la vie sur chaque plan se développent jusqu’à la perfection de leur espèce.

Comme les pensées de Dieu ne meurent jamais, il n’y a de mort pour aucune créature des sept éthers des sept esprits de la Trinité Divine. Ainsi donc la terre n’est jamais une plante, Un animal, un oiseau, un être rampant ne sont jamais un homme. Et l’homme n’est pas et ne peut pas être une bête, un oiseau, ni un être rampant.

Un temps viendra où les sept manifestes seront tous absorbés, et où l’homme, l’animal, la terre, la plante et le protoplasme seront rachetés.


Barata fut étonné. La sagesse du sage juif était une révélation pour lui. Il advint que Vidyapati, le plus sage des sages hindous et chef du temple de Kapilavastou, entendit les paroles du prophète hébreu.

Il dit alors : Prêtres de Kapilavastou, écoutez-moi. Nous sommes aujourd’hui sur une crête du temps. Six fois dans le passé, une âme de Maître naquit et donna à l’homme une lumière de splendeur. Maintenant un Maître sage se trouve ici dans le temple de Kapilavastou.

Ce prophète hébreu est l’étoile naissante de la sagesse, déifiée. Il nous apporte une connaissance des choses secrètes de Dieu. Le monde entier entendra ses paroles, y prêtera attention, et glorifiera son nom.

Prêtres de Kapilavastou, arrêtez-vous. Taisez-vous et écoutez quand il parle : il est l’Oracle Vivant de Dieu.


Tous les prêtres remercièrent et louèrent le Bouddha de l’Illumination.



Un jour qu’Ajainin, un autre disciple de Jésus, était assis avec lui sous le porche du temple de Lahore, une troupe de chanteurs et de musiciens ambulants fit halte devant la cour pour chanter et jouer. Leur musique était d’une richesse et d’une délicatesse de nuances extrême.

Jésus dit : Parmi les personnes les mieux éduquées du pays, on n’entend pas de musique plus douce que celle qui nous est apportée par ces rudes enfants du désert. D’où vient ce talent ? Dans le court espace d’une vie, il leur serait impossible d’acquérir des voix aussi gracieuses ni une pareille connaissance des lois de l’harmonie et des tonalités.

Les hommes les appellent des prodiges. Ils ne sont pas des prodiges. Tout découle naturellement de la loi. Ces gens ne sont pas jeunes. Mille ans ne suffiraient pas pour leur donner une expression aussi divine ni une telle pureté de voix et de toucher. Il y a dix mille ans que ces gens ont acquis la maîtrise de l’harmonie. Dans les anciens temps, ils parcouraient les chemins actifs de la vie, captaient les mélodies des oiseaux, et jouaient sur des harpes de forme parfaite. Ils sont revenus pour apprendre encore d’autres leçons grâce aux sonorités variées des manifestation terrestres.

Ces nomades font partie de l’Orchestre du Ciel. Au pays des choses parfaites, les Anges eux-mêmes se réjouiront de les entendre jouer et chanter.

Puis Jésus enseigna les gens du peuple de Lahore. Il guérit leurs malades et leur montra le chemin pour s’élever à un sort meilleur par l’entraide.

Il leur dit : Ce ne sont pas nos acquêts ni leur possession qui nous rendent riches. Nous ne pouvons conserver des richesses qu’en les sacrifiant. Si vous voulez vivre la vie parfaite, consacrez votre vie au service des races et des formes de vie que les hommes considèrent comme les plus basses.

Mais Jésus ne pouvait pas séjourner plus longtemps à Lahore. Il prit congé des prêtres et de ses autres amis, puis alla son chemin vers l’Indus.



Il arriva à Faisalabad où l’attendait une foule immense. Il leur dit : Il ne fut jamais un temps où l'homme n'existait pas. Si la vie de l'homme avait commencé en un temps, il arriverait un temps où elle finirait.

Les pensées de Dieu ne peuvent pas être circonscrites. Nulle intelligence limitée ne peut comprendre les êtres infinis. Toutes les créatures limitées sont sujettes au changement. Elles cesseront toutes d'exister, parce qu'il y eut un temps où elles n'existaient pas. Le corps et l'âme des hommes sont limités et changeront. Oui, du point de vue limité, l'heure viendra où ils n'existeront plus.

Mais l'homme lui-même n'est ni le corps ni l'âme. Il est esprit et fait partie de Dieu. Le Créateur a donné une âme à l'homme, à l'homme spirituel, pour lui permettre de fonctionner sur le plan des âmes. Il lui a donné un corps de chair pour lui permettre de fonctionner sur le plan des créatures rendues manifestes.

Pourquoi le Créateur a-t-il donné à l'homme spirituel une âme pour fonctionner sur le plan des âmes ? Pourquoi le Créateur a-t-il donné à l'âme un corps de chair pour fonctionner sur le plan des créatures rendues manifestes ?

Écoutez maintenant, mondes, puissances, gouvernements, et trônes ! Écoutez maintenant, chérubins, séraphins, anges et hommes ! Écoutez maintenant, ô protoplasmes, terres, plantes et animaux ! Écoutez maintenant, créatures rampantes de la terre, poissons qui nagez, oiseaux qui volez ! Écoutez maintenant, vent qui soufflez, tonnerres et éclairs du ciel ! Écoutez maintenant, créatures qui existent, qui existaient, ou qui existeront à jamais, car la Sagesse issue du plan le plus élevé de la vie spirituelle prend la parole :

L'homme est une pensée de Dieu. Toutes les pensées de Dieu sont infinies. Elles ne se mesurent pas dans le temps, car les créatures intéressées par le temps ont un commencement et une fin.

Les pensées de Dieu s'étendent de l'éternel passé aux jours sans fin de l'avenir. Tel est l'homme, Homme-Esprit.


Mais à l'instar de toute pensée de Dieu, l'homme n'était qu'une graine, graine qui contenait en elle-même les virtualités de Dieu, de même que la graine de toute plante de la terre contient au tréfonds d'elle-même les attributs de toute les parties de cette plante spéciale.

En tant que graine divine, l'Homme-Esprit contenait au tréfonds de lui-même les attributs de toutes les parties de Dieu. Or, les graines sont parfaites, oui aussi parfaites que la source dont elles proviennent. Mais elles ne se sont pas épanouies dans la vie rendue manifeste. L'enfant dans le sein est parfait comme l'est sa mère.

Il faut donc que l'homme, la graine, soit profondément planté dans le sol pour pouvoir grandir, tel le bourgeon qui s'épanouit pour faire éclore la fleur. Le grain humain issu du cœur de Dieu a été pleinement destiné à être le seigneur du plan de l'âme et du plan des créatures rendues manifestes.

Cultivateur de toute créature existante, Dieu a donc jeté cette semence dans le sol de l'âme. Elle y a rapidement grandi. L'homme devint une âme vivante et il devint seigneur de tout le royaume des âmes.

Oyez maintenant, et que toute créature vivante écoute :

Le plan de l'âme n'est que l'éther du plan de l'esprit, vibrant moins rapidement. Au rythme plus lent de ce plan, les essences de la vie deviennent manifestes. Les parfums et les odeurs, les vraies sensations et la totalité de l'amour y sont manifestes. Et tous ces attributs de l'âme deviennent un corps magnifique.

Il faut que l'homme apprenne une multitude de leçons sur le plan de l'âme. Il y reste bien des âges, jusqu'à ce que ses leçons soient toutes apprises.

Sur la frontière du plan de l'âme, l'éther commença de vibrer encore plus lentement, et alors les essences prirent un vêtement. Les parfums et les odeurs, les vraies sensations et la totalité de l'amour se revêtirent de chair, et l'homme fut vêtu de chair.

Il faut que l'homme accompli passe par tous les chemins de la vie. Une nature matérielle devient donc pleinement manifeste, nature issue du domaine de la chair.

S'il n'y a pas d'ennemi, un soldat ne connaît jamais sa force. Il faut que la pensée se développe par l'exercice de la force. Cette nature physique ne tarda pas à devenir un ennemi que l'homme dut combattre afin de personnifier la force de Dieu rendue manifeste.

Que toute créature vivante fasse silence et écoute :

L'homme est le seigneur de tout le plan des manifestes, du protoplasme, du minéral, du végétal, de l'animal. Mais il a renoncé à son héritage, simplement pour satisfaire sa personnalité inférieure, son corps matériel.

L'homme regagnera entièrement son domaine perdu, son héritage. Mais il faut qu'il le regagne dans un conflit indicible. Oui, il faut que l'homme subisse des épreuves et des tentations multiformes. Mais qu'il sache ceci : Des Chérubins et des Séraphins qui gouvernent les positions du Soleil et des esprits du puissant Dieu qui gouverne les étoiles solaires lui servent de guides et de protecteurs. Ils le conduiront à la victoire.


L'homme sera pleinement sauvé, racheté, rendu parfait par les souffrances qu'il subira sur le plan de la chair et sur le plan de l'âme.

Quand l'homme aura triomphé de sa personnalité matérielle, son vêtement de chair aura bien servi à son objet. Ce vêtement tombera et cessera d'exister.

Alors l'homme se trouvera sans entraves sur le plan de l'âme où il faudra compléter ses victoires. Sur ce plan, d'innombrables ennemis s'opposeront à lui. Là, il faut qu'il triomphe, oui, qu'il triomphe de chacun d'eux. L'espoir sera donc toujours la Lumière qui le guidera.

L'âme humaine ne peut faillir, car Dieu la guide, et la victoire est certaine. L'homme ne peut pas mourir. L'Homme-Esprit ne fait qu'un avec Dieu, et attendu que Dieu vit, l'homme ne peut mourir.

Quand l'homme aura triomphé de tous ses ennemis sur le plan de l'âme, la graine aura atteint son plein développement, elle se sera épanouie dans le Saint-Esprit.

Alors le vêtement d'âme aura bien servi à son objet. Il ne sera plus jamais utile à l'homme. Il disparaîtra et cessera d'exister. C'est alors que l'homme atteindra la bénédiction de la perfection et ne fera qu'un avec Dieu.




APPENDICE : EXTRAIT D'OMRAAM MIKHAËL AÏVANHOV :

« Bientôt, l’Âge du Verseau amènera de grands bouleversements qui feront comprendre à ceux qui survivront, qu’il y a des lois à respecter. La nouvelle vie qui se prépare dépassera toute imagination par sa beauté, sa splendeur et son harmonie. Car toutes les créatures qui sont dispersées dans le monde et travaillent dans le secret à la recherche du Royaume de Dieu, se retrouveront et agiront par des moyens grandioses, et les forteresses de l’ignorance, du matérialisme, du despotisme s’effondreront. Je vous le dis et ce sera comme je vous le dis : rien ne pourra empêcher l’avènement de la nouvelle époque, de l’Âge d’Or. »

L'Evangile du Verseau


Extraits choisis par Olivier de Rouvroy
Source : http://www.erenouvelle.fr/#utm_medium=email&utm_source=newsletter&utm_campaign=erenouvelle2
avatar
Hamsa
Admin

Messages : 2652
Date d'inscription : 19/08/2012
Localisation : des Etoiles parachutée sur Terre

http://www.youtube.com/profile?gl=FR&user=ChantHappy&hl=

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum