La Vie en SOI

Karma et Réincarnation * Nisargadatta Maharaj

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Karma et Réincarnation * Nisargadatta Maharaj

Message par Hamsa le Ven 11 Juil - 9:36

Karma et Réincarnation
A chaque instant la conscience universelle donne naissance à tant de formes de toutes espèces : des insectes, des animaux, des êtres humains ; et il y a des gens qui prétendent que nous avons connu de multiples naissances. Ces gens se rappellent-ils toutes ces naissances ? Je n’ai pas consciemment connaissance de ma naissance, mais l’on m’accuse d’être né. En réalité vous acceptez ces concepts parce que vous avez peur de la mort.

L’idée de renaissance est un concept, car la renaissance implique forcément la mort. Qu’est-ce qui meurt ? Rien. Qui va renaître ? Personne n’est né.
Avez-vous fait l’expérience de cette mort et de cette renaissance dont vous avez lu et entendu parler ? Vos idées sont celles d’autres personnes. Découvrez par vous-même ce que vous êtes ; n’acceptez pas les réponses faites par d’autres.
Vous êtes capables de penser par vous-même. Réfléchissez sur le sujet, découvrez ce que vous êtes.
Avant d’apparaître dans ce monde aviez-vous le souvenir de votre précédente histoire ? Aviez-vous le souvenir de quoi que ce soit ?

Je ne veux pas savoir ce qu’écrivent les autres. Je ne veux pas d’intermédiaire, je veux connaître votre histoire de votre propre bouche. Si tout d’abord vous n’êtes pas, peut-il y avoir quoi que ce soit d’autre… ?
Vous parlez d’existence après la mort, avez-vous un souvenir particulier de vos vies précédentes ?
Vous souvenez-vous de vos parents dans cette vie là ?
Tout cela n’est qu’imagination. C’est un phantasme, un concept qui a pris naissance en vous.
L’existence de trois états : la veille, le rêve et le sommeil profond, le fait que vous êtes ces trois états ; quand ils disparaissent, la mémoire disparait avec eux.
Par conséquent, la question de la réincarnation se pose-t-elle ? Une fois mort, le corps se décompose et quantité de vers se forment. Ils se forment à cause de la présence de l’essence de nourriture, car c’est d’elle qu’émane la vie.
Tout ceci n'est que le jeu des cinq éléments. Le corps n'est qu’un développement biologique, une pousse végétale, mais nous en tirons de la fierté, affirmant "Je suis quelqu'un !". Ceci n'est qu'une croissance naturelle, comme les plantes.

Même cette naissance-ci n'est pas réelle. C’est à cause du corps qu'il y a cette qualité«d’être-moi». Dans le sommeil profond vous ne savez pas si vous existez ou non; vous ne vous sentez pas être, c’est tout. Vous n'êtes pas né du tout; votre existence est annoncée, c'est tout. Vous existiez même avant votre naissance; vous existez dans l'éternité, mais c'est seulement dans votre petite enfance que vous avez su que vous existiez.
Ne vous occupez que de cette naissance. Pourquoi se poser des questions sur la réincarnation?

Voyez si cette naissance est vraie.

Il n'y a pas d'individus; il y a seulement des corps, sustentés par la nourriture, et la connaissance du "Je suis" qui va avec. Il n'y a aucune différence entre une fourmi, un être humain, et Dieu. Ils sont tous de la même aune. La fourmi est minuscule, l'éléphant est gros. Vu les tailles différentes, leurs force est différente, mais leur énergie vitale est la même.
Ce sentiment de présence, cette conscience, n'est-elle pas antérieure à tout le reste ? Si vous n'êtes pas conscient, quelle pensée pouvez-vous avoir, à propos de n'importe quoi ?
Ce sentiment de présence, cette conscience, ne sont-ils donc pas la chose originale, sans quoi rien d'autre ne peut arriver ? Rien - aucune pensée, aucun concept - ne peut jaillir de lui-même. Il n'y a pas d'activité possible sans le sentiment de cette présence. Ce sentiment de présence n'a besoin d'aucune activité de l'esprit pour savoir que vous êtes là. Vous n'avez pas besoin de vous demander: "Suis-je présent, suis-je conscient ?" Il y a ce sentiment intuitif de présence, vous savez que vous êtes là.

Disposez-vous de l'expérience de votre naissance?
Vous n'aviez aucune notion d'existence. Ce sens du "je suis" a pris forme spontanément sans intervention de votre part, pourquoi en tirez vous vanité ?
Vous n'avez eu aucune possibilité de dire : "non, je ne veux pas un forme masculine, je la veux « féminine». Avez-vous participé à la formation de ce corps ?
Quand tout a été terminé, vous avez éprouvé ce "je suis", tout cela s'est produit de soi-même, pourquoi en être si fier ?
Quelqu’un a perdu connaissance et soudain il reprend connaissance. De même, la naissance s'est produite par cette apparition de la conscience.
Ce que vous pensez être, n’est rien d'autre que l'essence « matérielle » du corps de votre père qui a été conçu dans le sein de votre mère, et qui par la suite s'est spontanément développé et est devenu un bébé avec des os, de la chair, du sang, etc. En fait, vous n'avez pas même été consulté à propos de votre « naissance ».

Une forme humaine a été créée, qui d'un bébé a grandi en un petit enfant et à un certain moment, peut-être durant la deuxième année de votre vie, on vous a dit que vous étiez « né», que «vous » aviez à la fois un nom et une forme.
Après quoi, vous avez eu la connaissance de votre "existence" et "vous" avez commencé à vous considérer comme un individu séparé, doté d'une identité autonome, existant indépendamment du reste du monde. Maintenant considérez ceci:
Vos parents vous ont-ils créé, "vous" spécialement et de façon délibérée ?
Vos parents ont-ils su à quel moment la conception a eu lieu ?
Avez-vous, "vous" choisi un couple particulier, spécialement et de façon délibérée, pour être vos parents ?
Avez-vous choisi de "naître"?

L'imagination et la mémoire créent un corps et une personnalité ; et le manifeste croit être un corps et une personnalité, mais à tort.
(Maharaj observe des moineaux posés sur le rebord de sa fenêtre). La conscience qui habite le moineau et la conscience qui habite le corps de l’homme est la même. Ici l’instrument est grand, là il est petit. Eux sont préoccupés par la nourriture, leur ventre n’est pas plein. Mais toutes les espèces souffrent, la création elle-même est souffrance. Et il y a tous ces concepts sur la réincarnation, la renaissance etc.… Est-ce que la pluie renaît ? Le feu, l’air… ? En fait tout n’est que la seule transformation des cinq éléments, vous pouvez vous amusez à l’appeler renaissance !

Vous cultivez de nombreuses convictions : vous allez avoir une succession de naissances, vous avez déjà eu des incarnations dans le passé, etc. Vous croyez en toutes ces histoires.
Je ne crois en aucune.
Croire mourir un jour est une aberration, un péché !
Vous pouvez connaître la peur de la mort mais pas la mort, à aucun moment !
Quelle preuve possédez-vous d’être né et de devoir mourir ? Quelle preuve possédez-vous de vos réincarnations ?

Renaissance, réincarnation, tout cela n’est que concept.
Si votre prochaine naissance est déterminée par vos actions passées, alors qu’en est-il de votre toute première naissance ? Je ne crois pas en la réincarnation.
Cette connaissance « je suis » n’est pas là après la mort ; alors où vas l’individualité ? Comment peut-il être question de naissances ultérieures ? Le fait est que rien ne naît. Il n’y a pas de monde. Le monde apparaît mais il n’est pas là. Vous parlez donc de la prochaine naissance. Mais il n’y a aucune naissance ; même maintenant, il n’y en a pas.

La réincarnation et autres concepts semblables sont pour les ignorants.

Avoir une foi religieuse n’est qu’une complaisance émotionnelle. Croire à la naissance et à la mort également.
La spiritualité n’existe pas; il n’y a que la vie dans le monde, le jeu des cinq éléments. Vous n’êtes pas plus que du végétal. L’herbe pousse, les êtres humains poussent aussi.
Avez-vous jamais réellement accordé une pensée à la nature essentielle de l’homme ?
Oubliez  ce que vous avez lu, ce que l’on vous à dit. Vous êtes-vous livré à une réflexion indépendante sur cette question ? Je dis bien « indépendante » - une réflexion approfondie et complète, comme si vous étiez le seul être doué de perception sur terre et qu’il n’y ait personne pour vous guider. Ou pour vous égarer !

Quels sont les éléments vitaux à ce que vous considérez être «  vous-même » ? De toute évidence, il y a le corps. Mais ce corps n’a été jadis qu’une petite goutte ou miette de matière chimique, au moment de la conception dans le sein de votre mère. Réfléchissez. Avez-« vous » fait quoi que ce soit pour être ainsi conçu ? Vouliez-« vous » être conçu ? Avez-« vous » été consulté ? Bien plus, et cela est important, qu’est-ce qui était « latent » dans ce minuscule atome de matière qui a été conçu, qui l’a fait croître en un nourrisson pleinement développé avec du sang, de la chair, de la moelle, des os, d’abord dans le sein de votre mère, puis par la suite en ce monde, jusqu’à ce qu’il soit assis ici devant moi ?

Le corps, au fil de cette croissance, a endossé diverses images que vous avez tour à tour considérées comme étant « vous-même », mais aucune d’entre-elles ne vous a accompagné sans discontinuer ; et pourtant, il y a bien quelque chose qui est resté inchangé durant tout ce temps. N’est-ce pas votre sentiment d’être vivant et présent, la conscience qui confère la faculté de perception et l’énergie au dispositif psychosomatique connu sous le nom de « corps » ? Cette conscience a reçu différents noms : Être, Je suis, Soi, Atmâ, etc., ainsi que d’autres appellations telles que Mâyâ, Dieu, Amour, etc. Le monde n’existe pour vous que si cette conscience est présente. Si vous n’êtes pas présent comme dans le sommeil profond, le monde peut-il exister pour vous ?

Maintenant, avez-vous une idée de ce qui vous fait instinctivement penser à vous comme à un « vous » - ce composite réunissant le corps physique, la force vitale (Prâna) qui constitue le principe actif, et la conscience qui permet aux sens physiques de percevoir les choses : ce que vous semblez être est ce corps extérieur, ce que vous êtes est la conscience.
Mais revenons au problème de la réincarnation. Ce qui « naît », le corps objectif, finira, le moment venu, par « mourir » ; après quoi ce corps sera dissous, c’est-à-dire irrévocablement annihilé, la force vitale le quittera et se mêlera à l’air ambiant. La partie objective de ce qui fut un jour un être doué de perception sera détruite, pour ne jamais renaître en tant que ce même corps. Et la conscience n’est pas un objet, ce n’est en rien une « chose » - par conséquent, la conscience, en tant qu’élément non-objectif, ne peut pas « naître », ne peut pas « mourir » et ne peut certainement pas « renaître ».

Il s’agit bien là de faits irréfutables, n’est-ce pas – de faits concernant l’être manifesté doué de perception ?
En tant que processus de fonctionnement de l’Absolu, la manifestation des phénomènes prend place, dans laquelle des formes sont créées et détruites. Qui naît ? Et qui meurt ? Et qui doit renaître ?

S’il en est ainsi, vous pouvez alors vous demander comment il se fait que le concept du Karma, de la causalité et de la réincarnation soit apparu. Voici la réponse : au lieu d’accepter le phénomène comme une manifestation de l’Absolu (et ainsi comme un aspect de l’Absolu), il se produit une identification fallacieuse à une pseudo-entité – et ainsi est créé un fantôme doté d’une existence autonome présumée. Ce fantôme est censé jouir de la liberté de décision et d’action. C’est ce fantôme qui est censé naître, vivre, souffrir et mourir. Et dans ce processus, c’est ce fantôme qui devient assujetti au processus de causalité appelé Karma, qui accepte « l’attachement » présumé et recherche une « libération » imaginée.

En d’autres termes, on superpose sur le processus de manifestation des phénomènes un soi fantôme doté d’une existence présumée autonome, indépendante, et on charge ce soi-fantôme du concept des effets consécutifs à des actions volitives imaginées –  c’est-à-dire du Karma, de l’attachement et de la réincarnation !

Comprenez-vous maintenant pourquoi je réfute la théorie de la réincarnation ?

Je voudrais savoir, s’il vous plaît, qui donc va s se réincarner ? Le corps « meurt », et après cette mort il est détruit – enterré ou incinéré – aussi rapidement que possible. Le corps, en d’autres termes, est définitivement, irrémédiablement, irrévocablement réduit à néant. Par conséquent, ce corps qui était une chose objective ne peut pas renaître. Et comment quelque chose de non-objectif comme la force de vie (le souffle) qui, à la mort du corps, se fond dans l’air ambiant, ou comme la conscience qui se fond dans la Conscience Impersonnelle, pourrait-il renaître ?

Peut- être, allez-vous rétorquer que c’est l’entité en question qui va se réincarner. Mais ceci serait d’un ridicule achevé. Vous savez que « l’entité » n’est rien d’autre qu’un concept, une hallucination qui apparaît lorsque la conscience se méprend et s’identifie à une forme particulière.

Comment la notion de réincarnation a-t-elle pu se faire jour ? Peut-être a-t-elle été conçue comme quelque hypothèse de travail acceptable destinée au gens simples, d’une intelligence insuffisante pour dépasser les paramètres du monde manifesté.
Nisargadatta Maharaj


D'autres textes sur le même sujet ici :
 suivre http://lapiqreduscorpion.blogspot.fr/2014/05/karma-et-reincarnation.html
avatar
Hamsa
Admin

Messages : 2652
Date d'inscription : 19/08/2012
Localisation : des Etoiles parachutée sur Terre

http://www.youtube.com/profile?gl=FR&user=ChantHappy&hl=

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum