La Vie en SOI

Les 7 démons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les 7 démons

Message par Soy le Jeu 5 Déc - 19:26

- Veux-tu connaitre les noms de ces sept démons?

- Le premier se nomme Ténèbres, le second Convoitise. Ensuite vient Ignorance aussitôt suivi par Poison du Pouvoir. Le cinquième s’appelle, quant à lui, Prison de Chair, le si xième Sagesse Ivre et enfin le septième, Courroux de Sagesse.

- Seul le premier parle d’un état de sommeil. C’est le plus sournois et le plus long à parcourir. C’est une plaine sans fin. …. Tu vois toutes ces prairies, tous ces champs, tous ces labours à pertes de vue autour de toi? Il y en a de toutes les couleurs. Chacune de ces couleurs est le reflet dans ton âme d’un état de séduction au sein duquel tu t’es laissée emprisonner.

- … C’est si bon la liberté de l’âme qui prend conscience des rôles qu’elle peut jouer, des sentiments qu’elle peut éprouver! Faire fleurir des appétits multiples, vivres derrières des masques différents pendants des vies et des vies puis encore des vies, indéfiniment….

- …. On s’attache à tout, même un cercle à l’intérieur duquel on tourne… Surtout à lui! Parce que c’est notre cercle…

- Tu as aimé la succession de tes vies sans signification parce que le sommeil est simple à exister, parce que l’ignorance qui ignore qu’elle est ignorance est confortable. L’absence d’horizon peut devenir un horizon en soi….. Tu t’y es attachée jusqu’à te nier toi-même en tant qu’âme durant des âges infinis, plats comme cette plaine et traversant toutes les couleurs de l’attachement à Rien…à Rien sauf à ta pensée coupée du Tout.

- En vérité, il te fallait la liberté de parcourir et d’aimer cette prison du Rien car l’attachement aux barreaux que l’on s’invente libère un grand enseignement. C’est celui de l’Orgueil qui apprend à l’Être à ne regarder que son ombre sur le sol. Cette ombre, c’est la séparation, fruit de la liberté.

- … Tu t’es rassasiée, je te le dis, même jusqu’à l’absurde ainsi qu’il le fallait, jusqu’à découvrir un horizon, l’horizon d’un vrai désir, loin de la ronde animal des appétits répétitifs, celui de posséder…et de faire grossir ton ombre portée.

- Alors souviens-toi, tu as enfin dessiné un chemin au-dedans de ta conscience et, la bécasse peine de poussières de sommeil et de paresse, tu as écarté les barreaux de ta prison. Il te fallait être initiée au Désir… C’est de cette façon que tu as découvert un second portail de feu.

- …. Franchis-le!

- ….Ne vois-tu pas tous ces visages? Il en vient de partout. Ce sont les masques de tes convoitises passées…..

- …Écoute-moi. Quel que soit son sourire, la convoitise est laide… Toutefois il te faut reconnaitre qu’un maitre peut se cacher derrière une laideur. Désirer, ce n’est plus dormir ; c’est déjà désigner une marche même si celle-ci semble peu glorieuse. Les mondes et les masques de la convoitise sont ceux du désir de posséder plus…. La formulation du Désir d’accumuler est inévitable avant celle du Désir d’être.

- Tu as possédé des biens de toutes sortes, des terres, des trésors et des êtres humains. Tu as convoité des consciences aussi et tu les as domestiquées. Tout cela pour te sentir exister un peu plus, dans l’espoir de te croire moins séparée et moins vide, dans la volonté aussi de faire grandir quelque chose en toi.

- … tu as exploré l’impasse du réflexe de prendre et d’augmenter. Ainsi le monde de la convoitise est-il aussi celui d’un immense mouvement vers le haut. Il faut que chaque âme apprenne à remercier ce monde car avant d’Être en toute Lumière, il lui a fallu avoir en toute Matière.

- …Peux-tu reconnaitre l’ultime souvenir de ce démon en toi et des griffes dont il t’a maintes fois pourvue? Accepte la vertu du désir d’ascension qu’il a semé en toi.

…..Quelque chose me paraissait accrocher à mon âme et me faisait penser à un boulet…. La réponse m’est venu avec fulgurance : je convoitais l’amour absolu, non seulement celui d’un homme mais celui de tous les êtres… Une sorte de besoin maladif de reconnaissance…

- Convoite-toi toi-même et avance!

… Je me suis sondé… J’ai vu le vide de ma séparation d’avec moi et la troisième porte de feu apparue…. Je me suis retrouvée dans un espace tout bleu. J’étais sur une mer et je flottais sur ses vagues.

- Âme de Myriam, contemple le monde d’Ignorance. Ignorance n’est pas une mer mais un océan à cause de sa vastitude. Cet océan accueille généreusement tous ceux qui veulent y flotter. Oui… tu as bien compris, on n’y navigue pas, on y flotte. Ignorance n’est pas un océan de non-savoir mais de non-volonté de savoir. Son véritable nom est Ignorance Entretenue. Lui aussi est le fruit du désir, celui de ne plus désirer savoir.

- Pourquoi ne plus vouloir continuer à s’augmenter? Mais … par peur, petite âme… Par peur! Celle de découvrir la hauteur de la chute entamée depuis la Séparation. La peur de découvrir l’ampleur de l’errance.

- Âme de Myriam, contemple ce qui flotte encore de toi à la surface des eaux d’Ignorance entretenue et dénonce-le. Qu’il n’y ait plus jamais de peur à l’approche du continent de Vérité… En ne craignant plus de découvrir la hauteur de la Chute, tu déploieras tes ailes. Je te le dis, celui qui accepte de visiter la Séparation se place tout entier sur le chemin du Retour. Il appelle au Rassemblement car son orgueil s’épuise.

- …. Oublie la carapace de tes peurs, ne recule plus devant l’aveu de tes lâchetés et de tes orgueils car la pire des ignorances se manifeste par une succession de savoir prétentieux et de manques de courage. C’est la maladie de ton Humanité… Guéris-la en toi, abandonne ton bouclier et franchis ton quatrième portail de feu! Ainsi le démon d’Ignorance entretenue sera-t-il calciné…

- …Myriam, petite Âme…. Te voici au monde du démon Poison-jalousie. Ce démon-là grignote le cœur et assèche les vies des non-encore humains. Il s’infiltre partout tel un venin et c’est pour cette raison qu’il est si redoutable….. On le croirait frères de ceux de Convoitise car ils incitent à bouger, à avancer, à vouloir plus…. Pourtant je te le dis, Poison-jalousie n’est pas Convoitise.

- Convoitise rampait, accumulait… Lui ne rêve que de s’envoler. Il ne veut pas grossir pour prouver son existence, mais au contraire s’étirer vers le haut pour dominer. C’est le pouvoir qui l’intéresse.

- … Ne crains pas de les avouer car leurs émanations ponctuent la route de toute conscience qui veut retrouver la Mémoire… mais qui n’a toujours pas compris que le pouvoir n’est pas la puissance. Le pouvoir est une ivresse qui vient d’une secrète détresse… La détresse qui naît d’un souvenir confus, celui de la Divine Étincelle.

- Le besoin de pouvoir perdure tant qu’existe le souvenir trop confus d’un infiniment plus Grand et de plus Haut à atteindre. La puissance naît dès que ce souvenir accepte d’accoucher de la Mémoire… parce que la Mémoire seule exprime la Présence de l’Éternité en soi.

- Certains disent l’humanité rampante, mais en vérité, c’est elle qui élève l’être au zénith de l’Être. Il faut avoir bu de la coupe de Poison-jalousie jusqu’à la dernière goutte pour en comprendre la toxique vanité…… Reconnais seulement qu’il t’a intoxiqué en son temps et alors toute vapeur en sera à jamais éliminée.

La cinquième porte de feu se dressait à un pas de moi, plus brûlante que toutes les autres… C’est alors que le cinquième démon s’est rué sur mon absence de forme … Sais-tu de quoi sont faits en vérité ton ennui et ta détresse? C’est de n’avoir pas su pleinement jouir de la vie qui t’a été donné! Pourquoi ce monde sous tes pieds si ce n’est pour l’habiter?

…. Jeshua est venue me secouer et m’arracher à ses accents si persuasifs.

- Te voici dans l’univers de Prison charnelle, Âme de Myriam. Visite ses détours et ses pièges, promène-toi dans ses impasses!
J’ai avancé… et une image est venue à moi. C’était celle de mon corps dénudé qui se reflétait comme dans un immense miroir…

. En un instant, mon visage s’est retrouvé plaqué contre le sien. Je ne voyais plus que son regard, je ne sentais plus que la soie de sa chair et le goût de ses lèvres contre les miennes….. S’aimer soi-même… J’étais tellement subjuguée par mon reflet que je me suis totalement enfoncée en lui comme on pénètrerait doucement un plan d’eau parfaitement lisse.

- .. Aimé? Âme de Myriam tu as prononcé le nom de l’Amour mais aimes-tu réellement en cet instant? Tu te remplis de toi!

Qu’est-ce que l’Amour, dis-moi?

Je ne savais que répondre. Tout était mêlé dans ma conscience.

- .. Aimer…c’est se vider de ce que qu’on pense être soi afin de laisser toute la place à la Vie toute pure qui nous a mis au monde, libre et joyeux. Es-tu libre et joyeuse, Âme de Myriam? Je te le demande. Tu es en prison… Tu appelles Amour ce qui n’est qu’asservissement. Regarde, ouvre les yeux.

- La plus réussite des prisons, petite sœur, est celle que l’on réclame, celle dont on ne s’aperçoit même pas qu’on en est dépendant tant on se confond avec elle. La dépendance… tout est là.

- …Un reflet est un masque, une forme par laquelle l nous est permis d’apprendre à jouer pour grandir. Rien d’ailleurs n’est à blâmer. Tout existe pour semer las patientes graines de l’Intelligence…Et l’Intelligence est Liberté, vois-tu… Une Liberté tellement libre qu’elle choisit de passer par la prison de la Dépendance afin de mieux se connaître.

- ….Apprends que ce n’est pas le corps qui est ta prison…. C’est l’idée que tu continues à te faire de la chair. Ta vrai prison, c’est le principe de l’asservissement qui, à travers lui, survit malgré tout en toi.

- Aime ton reflet pour ce qu’il est, respecte-le mais ne lui tourne pas le dos car il se prend facilement pour toi et cherche à jouer à ta place le jeu de la vie.

- Alors avance maintenant et remercie le souvenir de l’asservissement charnel pour t’avoir enseigné le sens de la confusion. Avance sur ton chemin de discernement et passe la sixième porte de feu!

Le sixième portail se dressait déjà là, droit devant, plus flamboyant encore que les précédents.

- Te voici au cœur de Sagesse ivre, petite âme. Marche en elle..Qu’y vois-tu?

…J’ai fait trois pas, juste assez pour distinguer un immense sourire suspendu dans la lumière… Il prenait toute l’espace du monde. Je l’ai contemplé… Était-il bonheur, douceur, tendresse, sérénité…ou alors hypocrisie, prétention et suffisance?.....Comment un démon pourrait-il se nommer Sagesse?

- Que fais-tu de l’ivresse, Âme de Myriam?... Écoute- moi encore. Sur le chemin de soi à soi, il existe des démons souriants; ils n’en sont pas moins redoutables. …Lorsque l’être s’imagine avoir suffisamment tout compris de la Vie, lorsqu’il contemple l’apparence vénérable de ses rides et de sa chevelure, il se plait à inventer un singulier sourire. C’est le sourire de celui qui se dit avoir maintenant le droit de s’assoir et de contempler sa propre sagesse. Et certes, il en a le droit…
- Mais le problème n’est pas dans le droit, il est dans ce qui est contemplé… Car une sagesse qui se drape de satisfaction et de sérieux porte mal son nom. En vérité, elle se nomme Ivresse de prétention.

- Sagesse ivre est semblable à une potion somnifère, Âme de Myriam. Dès que l’on commence à en porter la coupe aux lèvres, une sensation de détente s’installe. Elle monte avec la force d’une bouffée d’orgueil, un orgueil solide sur lequel on sait que l’on pourra se reposer encore et encore.
- Sagesse ivre est tellement piégée dans ses propres arènes que le mensonge de devient peu à peu la loi de son ordre du monde. Si tu veux servir la Femme, élimine jusqu’au souvenir des derniers relents de Parodie de Sagesse en toi. Ris de l’orgueil spirituel! Souffle dessus!

… Une porte de feu s’est mise à crépiter dans tout l’espace qui s’ouvrait. En franchir les flammes ne me fut cependant pas aisé cette fois-ci. Leur traversée m’a paru s’étirer comme si leur intelligence voulait prendre tout son temps afin que pas une de mes écailles n’échappe à la calcination.

- Ma Bien aimée… Ou crois-tu être maintenant?

Je ne sais pas mais je suis lasse et en colère car j’ai assisté au spectacle de ma stupidité et de celle du monde. Il me semble comprendre soudainement tant de choses! Je commence à si bien percevoir toutes les fenêtres par lesquelles la Paix demande à entrer en mon être et en celui de tous mes frères humains. Je vois tout cela et j’en deviens fachée car tout me paraît être si simple que je ne comprends pas pourquoi la Claire Lumière ne se manifeste toujours pas.

- Elle ne se manifeste pas à cause de ta rage sacrée. Je te l’annonce Âme de Myriam, tu viens de pénétrer le monde du Courroux de Sagesse. Le Démon du Courroux de Sagesse, crois-moi, est un démon à part entière. Il est plus inattendu que les autres car il apparaît en même temps que les premiers rayons de la véritable Lumière.
- Lorsque la Conscience a enfin reconnu le tracé du Chemin de Réunification, il advient qu’une colère la prenne. Tandis que ses ailes sont prêtes à se déployer, elle est bouleversée par les nœuds savants que l’Ombre a inventés afin de brouiller les pistes de ce qui était si simple,
- … C’est un courroux qui a tous les attributs de la justesse. Il se visite avec la certitude de tenir le sceptre de la Connaissance et l’épée de Vérité, celle qui tranche et rectifie.

- Écoute-moi bien maintenant, Âme de Myriam. Il est vrai que Courroux de Sagesse résulte de la pénétration d’innombrables mystères. Il fait s’écrouler d’innombrables murailles… mais il n’a pas compris que c’est son existence justicière qui dresse un ultime rempart. En vérité, la sagesse qui invite le courroux nourrit encore la séparation.
- La sagesse n’est pas l’Unité mais une porte humaine vers l’Unité. Il faut savoir parfois en brandir l’épée car elle enseigne à ceux qui ne sont pas encore pleinement humains… Cependant, il faut savoir que le courroux qui oublie qu’il est, lui aussi, un jeu dans le décor se sépara inévitablement de la sagesse qui l’a enfanté. Il n’est plus que colère, Il n’est plus que fractionnement… Quitte donc ce monde, petite âme, quitte-le et trouve l’issue su décor!

C’est alors qu’un Son a résonné au sein de mon absence de forme. Il n’était pas fait de mots mais ondoyait tel un courant de certitude qui chantait :

- Ton Appel est la seul Réponse. Il est dit que celui qui veut devenir pleinement humain lâchera un jour tous les contrôles de ce qu’il croit être sa raison et son cœur. Il est dit que c’est ainsi qu’il franchira un huitième portail de feu, celui qui révèle la Vie derrière le Décor. C’est ainsi qu’il quittera son chemin d’ascension à travers les sept mondes de la colère.
- Maintenant que tu as traversé les écorces, demande à voir la Sève….

Le Testament des Trois Marie, Daniel Meurois-Givaudan
avatar
Soy

Messages : 497
Date d'inscription : 19/08/2012
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum