La Vie en SOI

Y a-t-il une pédagogie de l’Eveil ? ~ Marigal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Y a-t-il une pédagogie de l’Eveil ? ~ Marigal

Message par Hamsa le Dim 11 Aoû - 12:19

Y a-t-il une pédagogie de l’Eveil ?

Avant de répondre à cette question, nous allons essayer de voir ce que l’on entend par ce mot. Un détour dans le dictionnaire nous apprend que le terme « éveil » désigne « l’action d’apparaître, de se manifester, de sortir de sa torpeur - c’est  aussi l’éveil de l’intelligence, l’éveil des sens … les disciplines d’éveil … être en éveil … être éveillé … » Ainsi le mot « éveil » ou « Eveil » dans un contexte « spirituel », plutôt qu’à une « chose en soi », fait référence à un événement, un phénomène qui se réveille, qui sort du sommeil … une situation en devenir, en évolution - un processus en actualisation … « qui peut survenir au terme d’une préparation longue et rigoureuse ou au contraire, sans rien faire pour cela. Il peut apparaître dans le cadre d’une tradition spirituelle - au terme d’une crise intérieure - suite au décryptage de nos mécanismes psychologiques et psychosomatiques »  ou être totalement subit et imprévu ... Egalement, il peut être définitif ou épisodique avant d’être permanent - si l’on utilise, ou pas, des moyens pour le retrouver…

      Toutes ces considérations à propos de l’Eveil ne sont pas simplement une gymnastique mentale mais amènent à penser que la pédagogie de l’Eveil, si pédagogie il y a, pourra être différente selon la signification donnée à ce mot par ceux qui en font l’expérience, et selon la façon dont elle s’est produite pour eux.
     Pour l’illustrer concrètement nous allons prendre un exemple, et comme on ne connaît vraiment que ce que l’on expérimente soi-même, nous allons essayer de voir et de dire ce qui a été perçu à l’occasion de notre propre expérience - laquelle d’ailleurs n’était pas nommément considérée comme ‘Eveil’ -à ce moment-là j’en ignorais l’existence et la signification- mais comme un « moment de grâce ou un moment d’ouverture ». 

Je n’étais alors dans aucune démarche particulière de recherche spirituelle et c’est arrivé d’une façon totalement imprévue et inattendue, dans un moment habituel de la vie coutumière. C’était un dimanche à la campagne, en début d’après-midi, après un agréable repas avec des amis. Je faisais quelques rangements dans la cuisine, lorsque… « … soudain, sans que rien de particulier ne se soit produit, je prends conscience que quelque chose est changé, différent …  Tout est net, clair, limpide, immédiat, comme si un voile avait été enlevé, comme si une vitre avait disparu. Je n’ai plus l’impression de regarder autour de moi, le centre du regard a disparu, « je » ne suis plus dans le regard.

Les autres, le monde qui m’entoure, le personnage que je suis, participent d’une même vie, d’une même substance, sans séparation, sans rupture, dans un même mouvement fluide et harmonieux. Les gestes coutumiers se déroulent d’eux-mêmes, simples, faciles, portés par un silence intérieur intensément présent. Silence et amour infini qui émane de sa propre nature, irradie de lui-même et de toute chose.
L’apparence du monde n’a pas changé, mais le monde vit autrement, habité par ce silence et cet amour qui sont le cœur de toute chose et de toute vie. Le personnage que je suis n’a pas changé, mais « je » n’est plus dans le personnage, remplacé par ce silence et cet amour qui rayonne et chante à l’infini. ( 1 )

       Je continuai mes occupations, et apparemment tout se passait comme si de rien n’était… Le soir c’était toujours là , le lendemain matin je me retrouvais dans l’état habituel… Pendant deux ou trois jours rien de particulier ne se produit, tout va comme à l’accoutumée. Je ne suis ni déçue, ni au regret que « ce moment » ait disparu, ça me rappelle d’autres rares « moments » de l’enfance qui ressemblaient à celui-ci, qui étaient venus puis repartis, me laissant le souvenir pendant quelques instants d’avoir été ‘au paradis’. Mais cette fois, j’ai nettement conscience que cette expérience de quelques heures contient la réponse aux questions que j’ai pu me poser et que tout un chacun se pose un jour ou l’autre, concernant la relation entre l’être individuel et l’univers, moi et les autres, Dieu et le monde .… « Tout était clair, lumineux, résolu, réconcilié, dans une totale liberté ».

Il fallait donc que je retrouve cet état  -  mais comment ?                                              
Ces quelques phrases, qui expriment le vécu de cette expérience d’éveil, vont orienter très nettement ce qu’allait être la recherche qui va s’ensuivre. Comme la graine contient l’arbre, ce ‘moment d’ouverture’ contenait à la fois le matériau de départ, la modalité du parcours et l’épanouissement. Mon attention ayant été vivement interpelée, j’avais pu noter certaines observations qui me semblaient essentielles et que je devrais pouvoir retrouver : « je » ne suis plus dans le regard » et « je » n’est plus dans le personnage … Et l’interrogation corollaire : quand ‘je’ n’est plus là, qu’est-ce qui a disparu ? Simplement et de toute évidence, c’est « moi » qui n’est plus là  … « l’entité-moi » a disparu …

Et quand « moi » n’est plus là …les autres, le monde qui m’entoure, le personnage que je suis, participent d’une même vie, d’une même substance, sans séparation, sans rupture, dans un même mouvement fluide et harmonieux. Les gestes coutumiers se déroulent d’eux-mêmes, simples, faciles, portés par un silence intérieur intensément présent. Silence et amour infini qui émane de sa propre nature, irradie de lui-même et de toute chose.( 2 )

C’est donc l’absence de « moi » qui est apparu être le phénomène déterminant et, à partir de là, s’en est suivi le  « comment » ?  …

Comment s’y prendre pour qu’il n’y ait plus « moi » dans le regard ? Comment s’y prendre pour qu’il n’y ait plus « moi » aux commandes de ce ‘personnage-globalité’ que je suis ?   
Dans le contexte de l’expérience, ‘personne’ dans le regard voulait dire -aller à l’origine du regard, au-delà ou en-deçà du regard - à l’avant-regard - qui devait se situer vers le dedans du cerveau - à la racine du mental. C’est ce que j’appelais « méditer » (aller vers le dedans) - qui sera le lieu d’étonnantes découvertes.

     En effet, cette remontée à la source nous conduit à la rencontre du ‘monde mental’. Une véritable pelote de nœuds faits d’émotions, de sentiments, de pensées, qui se mêlent, interfèrent, s’interpénètrent, s’embrouillent et prolongent leurs antennes dans toute la personne. C’est l’identification à ce conglomérat de phénomènes mentaux qui constitue l’artefact qu’est l’ego - qui se prend pour une entité. L’entité-moi, un tel ou une telle qui, lorsqu’il s’exprime dit je. Je’ fais ceci ou cela, je ressens ceci ou cela, je pense ceci ou cela …. C’est cet agglutinat de ‘choses-pensées’ qui, au sein même de l’Un, crée une frontière mentale entre la conscience (apparemment) individuelle et la Conscience Une - l’UN qui inclut tout - Cela qui EST. Notons au passage que la « pensée » étant une vibration issue de l’Un et en même temps incluse au sein de l’Un, l’ego (étant un conglomérat de pensées) est aussi inclus dans l’Un et partie constituante de l’Un.

Et l’Eveil ?
C’est l’instant subit - intemporel - hors du temps - où notre carapace égotique est transcendée. (Comme si) une ‘brèche’ s’était produite, et la Conscience Infinie, (comme) venue de l’extérieur, pénètre et envahit notre espace intérieur, nous inondant de joie et de félicité - ce que nous appelons « l’éveil en nous de la Réalité essentielle ». Ou à l’inverse, par ce ‘passage’, notre conscience intime a (comme) traversé et débouché dans l’espace sans limite de la Conscience Infinie et s’est fondue en Elle - ce que nous appelons « l’éveil à la Réalité Infinie ».
En fait ce n’est ni l’un ni l’autre, plutôt les deux à la fois. La Réalité individuelle n’étant pas différente de la Réalité Infinie, c’est la « Conscience Une » qui se rejoint elle-même, en elle-même… Cette rencontre de la conscience avec elle-même, amorce l’éveil de la Conscience … la Conscience s’éveille … l’Eveil apparaît, se manifeste, se déploie : l’Eveil EST. 

  Revenons au ‘comment ?’

     Comment s’y prendre pour qu’il n’y ait plus ‘moi’ aux commandes de cette globalité que je    Toujours dans le contexte de ce moment de grâce,  ‘personne’ à l’origine de notre fonctionnement cela voulait dire : aller vers le dedans de l’intérieur des sens, diriger l’attention au lieu de la perception,  à la racine de la sensation. C’est une observation sans observateur, qui après quelques tâtonnements, s’est mise en place d’elle-même, que j’ai nommée « l’Attention Perceptive ». Son fonctionnement est celui-ci : lorsque l’attention est dirigée vers la sensation, cette attention-conscience rejoint la conscience interne de la sensation, qui s’éveille à ce contact et se perçoit  ‘conscience sensitive’ au cœur de nos cellules. Ce n’est pas un  moi ego, un quelqu’un-entité  qui perçoit la sensation,  c’est la conscience interne de nos cellules, la conscience cellulaire qui  se perçoit elle-même comme  conscience sensitive.

Une fois apprivoisée, cette pratique en peu de temps a porté ses fruits, et ces moments sont revenus de plus en plus souvent, de plus en plus facilement ... jusqu’à ce que, sans s’en apercevoir, il n’y ait plus de retour en arrière. Car cette pratique réitérée de l’attention perceptive, simultanément d’un moyen conduisant à l’éveil de la conscience au cœur le plus intime de nous-même, s’est avérée aussi un procédé de dé-conditionnement égotique, par le fait que chaque nouvelle incursion de l’attention-conscience sur notre carapace avait pour effet de dénouer les nœuds qui la constituent, effaçant ainsi les voiles qui recouvrent notre nature originelle .
Que se passe-t-il ?  Quand on dit que la Conscience s’éveille, en fait c’est le voile de l’ego qui a disparu. Le re-couvrement a disparu … et la lumière de la Conscience apparaît. C’est l’apparition de la lumière de la Conscience qui est nommé Eveil ou Illumination . 
  L’ Eveil  apparaît -  se manifeste - se déploie … l’Eveil Est …

     Ainsi la pratique de l’Attention Perceptive conduit à la découverte de la Réalité essentielle qui est en nous - notre essence intime fondamentale, la même qui est l’essence intime de tous les êtres, de tous les évènements - Réalité ultime qui peut être nommée l’Un, le Vide, Cela, la Non Forme …  ‘Vide-Non-Forme’ ayant pour qualité essentielle de se manifester, de devenir forme, de s’in-former, d’entrer en existence...

‘Vide-Non-Forme’ - CELA - l’Immobile - l’Insaisissable - au sein duquel un frémissement apparaît  -- C’est la Conscience qui s’éveille, qui s’in-forme, qui entre en existence…
Cette vibration première, c’est le toucher de la conscience avec la forme corporelle - perçue par  le système neuro-sensitif de l’être humain en tant que sensation - que l’on nomme le ressenti. Alors que l’idée, le concept de « Réalité » ne sont que l’image de la réalité, le ressenti est le concret de la réalité - le réel de la réalité. Ainsi, la connaissance concrète de ‘Cela qui Est, sa réalisation, c’est-à-dire l’incarnation de la réalité, est fonction du ressenti de la réalité. C’est par le ressenti que nous expérimentons que la forme et la non-forme ne sont pas différentes : la forme émane de la non-forme et la non-forme pénètre la forme.
« Nous sommes dans la Réalité  et  la Réalité est en nous »


Mais si la conscience est lumière, elle est aussi vision. Lorsque les voiles qui obscurcissaient la conscience ont disparu,  la conscience voit … la conscience est vision … l’Eveil est vision…
Le regard est totalement inversé. Ce n’est plus un regard mental qui se porte sur le monde pour analyser, comparer, juger, et en tirer des conclusions… C’est la vision qui depuis l’origine voit le Vide, voit la mise en mouvement du Vide, voit l’interpénétration du Vide et des formes - le fonctionnement de soi-même et du monde, les inter-relations entre l’Un et le multiple ...  tous les phénomènes du monde, même négatifs, et même l’ego et ses contorsions - qui sont expression de l’Un… CELA qui EST.

La pédagogie de l’Eveil ?  découle de ce qui est écrit ci-dessus par le fait que l’Eveil soit  venu d’une façon subite et imprévue - puis disparu - qu’il ait fallu le retrouver - comment  - ce fut là une forme d’apprentissage d’une pédagogie de l’Eveil, et par le fait que cela ait été efficace pour nous, pourquoi n’en serait-il pas de même pour d’autres, intéressés par une démarche similaire ?

     Aussi, d’emblée, ce qui m’apparut le plus important, c’est la pratique. Comment ‘se mettre en  situation’ de fonctionner ‘sans personne’ à l’origine du fonctionnement. Ce sera le point visé dès le départ ; effectuer quelques exercices d’attention perceptive et voir ce qui se passe… Est-ce que ce qui est vécu correspond à ce qui a été avancé ? Si oui, essayer d’exprimer le plus fidèlement possible le ‘ressenti’ de ce qui est perçu afin que le mental formule et enregistre clairement la pensée juste . 

   C’est la qualité de ‘présence de ce ressenti’ et la manière de le formuler, qui est le germe de la réalisation sensitive et intellectuelle du contenu de l’Eveil : l’apparition, la signification, la floraison.
Si on l’a goûté une fois, on sait qu’il est possible de retrouver la concrétude de ce ‘moment’ et la compréhension intellectuelle infinie qui l’accompagne.
    La porte de l’Eveil s’est ouverte à la vision qui embrasse Tout, l’Un, CELA - soi-même, les autres, le monde, l’Univers - l’Infini.
                                     L’Un est dans tout  -  tout est dans l’Un
                                                   Seul  CELA  EST


(1 ) - ( 2 )  extrait du livre « Voyage vers l’Insaisissable » ~ Marigal


 Source : http://marigal.free.fr/FR/PAGE_Pedagogie_Eveil.htm
avatar
Hamsa
Admin

Messages : 2652
Date d'inscription : 19/08/2012
Localisation : des Etoiles parachutée sur Terre

http://www.youtube.com/profile?gl=FR&user=ChantHappy&hl=

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum